Les monuments aux morts (centenaire 14-18)

Soldat inconnu

1914-1918 : les monuments aux morts sur Yala Photo*, le temps du centenaire...
*Le thème "fonds d'écran du mois" de mai 2016 est à l'origine de cette page !

1914-1918 : pendant les 4 années de la grande guerre, 
1,4 million de soldats sont "morts pour la France". Combien d'entre eux sans sépulture ?
          "Apparus après la guerre de 1870-1871, les monuments aux morts ont été élevés dans leur grande majorité
à la suite de la guerre de 1914-1918
..."
          "S'appuyant sur l'esprit de la loi du 25 octobre 1919, un usage s'est imposé, depuis la Première Guerre mondiale, comme référence pour les décisions municipales en la matière : l'inscription d'un nom se justifie pleinement lorsque le défunt, décédé au cours d'une guerre ou d'opérations assimilées à des campagnes de guerre, est titulaire de la mention "Mort pour la France", et est né ou domicilié légalement en dernier lieu dans la commune considérée..." (source ministère de la Défense)

Ainsi, chaque commune de France, aussi petite soit-elle, a voulu pour rendre hommage à ses enfants « morts pour la patrie » pendant la 1ère guerre mondiale 1914-1918 (il y a cent ans !) son monument aux morts devant lequel a lieu chaque 11 novembre, jour anniversaire de l'armistice qui a mis fin aux combats, une cérémonie du souvenir.

11 Novembre 2018 : 100ème anniversaire de l'armistice

À Paris 13, donc pas très loin de la cérémonie autour de de la flamme du soldat inconnu, l'hommage sous la pluie, de l'arrondissement à ses morts de la grande guerre. ; suivi, à l'abri de la spacieuse salle des fêtes de la mairie, d'un concert de la chorale des enfants des écoles du quartier de la porte d'Ivry accompagnée de la fanfare. Quelques photos et vidéos, ci-dessous ►

Des monuments aux morts portant un message de paix !

"...
Déjà la pierre pense où votre nom s'inscrit
Déjà vous n'êtes plus qu'un mot d'or sur nos places
Déjà le souvenir de vos amours s'efface
Déjà vous n'êtes plus que pour avoir péri"

derniers vers de "Tu n'en reviendras pas" poème d'Aragon (cliquer pour l'entendre, chanté par Léo Ferré)

*****************

"Maudite soit la guerre"

Ci-contre, 2 des Monuments aux Morts 
 portant cette inscription
(voir d'autres monuments portant un message de paix*) 

(la photo de gauche est empruntée au web, pour celle de droite, Yala a fait le déplacement à Gentioux !)

Gentioux page

Le monument de Thouron (Haute-Vienne)

 

 

 

Ci-contre, un autre monument affichant "paix", et pas n'importe lequel pour une autre raison : sont nommés 3 frères (dont 2 jumeaux*), mes grands-oncles. Mon grand-père aurait dû à la mort de ses 3 frères, ("protection" de la famille ?), de finir la guerre en position arrière et revenir au pays...

Merci à la municipalité de Thouron (Haute-Vienne) pour cet emprunt initial au site de la commune (voir photos Yala ci-dessous) et bravo pour la mention alternative !
Oui, se  souvenir pour que vive la Paix !

De Magnac-Laval à Le Transloy (Pas-de-Calais)

* Partis de la caserne de Magnac-Laval (87), ils ont été "tués à l'ennemi" au tout début de la guerre, le 28 août 1914,  dans les combats des communes Le Transloy et Sailly-Saillisel. Pas moins de 700 soldats du 338ème RI originaires du Limousin sont morts ce jour-là, "28 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de la Haute-Vienne", ce que relate le document http://14-18.crdp-limousin.fr/wp-content/uploads/2014/09/Dossier-de-larticle-du-28-08-2014.pdf.

Plusieurs sites web témoignent et notamment la page  intitulée "Mémoires de pierre" (http://memoiresdepierre.pagesperso-orange.fr/alphabetnew/t/transloy1418.html). Les noms des frères jumeaux figurent aussi sur le monument dédié à ces 700 morts sur la Commune du Transloy (Photos Yala).

Bibliographie : Maurice PASQUET, 28 août 1914, les combats de Le Transloy, Rocquigny, Sailly-Saillisel
 

 

 

 

 

Des commémorations en Limousin en 2014 (Cliquer sur le coquelicot) ==>

Un article du journal "L'Humanité"

11 novembre, le statut des monuments aux morts pour la France

Le 11 novembre on commémore tous les morts pour la France devant les monuments aux morts. L’occasion d’en savoir plus sur leur statut juridique et leur statuaire.

On distingue deux types de monuments aux morts, ceux concernant les morts pour la France des suites des guerres de 1914-1918 et de 1939-1945 et ceux des autres conflits (1870-71, Afrique du Nord, Indochine etc.).

Les premiers appartiennent au patrimoine des communes y compris ceux implantés dans les cimetières et donc à leur charge.

Les seconds sont considérés par la loi comme des monuments associatifs. Etant privés, ils ne sont pas à la charge des communes, ce qui n’exclut pas des aides de l’Etat.

Ces monuments dont le recensement photographique est actuellement en cours, ont pour la plupart été édifiés à partir de 1920 suite à la Première guerre mondiale et suite à la prise d’effet de la loi du 25 octobre 1919 annexée à la brochure ministérielle sur les cérémonies

Cette loi prévoyait que les communes instituent un livre d’or glorifiant leurs morts et édifient des monuments sur lesquels elles devaient inscrire tous les noms de leurs morts pour la Patrie.

Certes cela a occasionné des frais importants notamment pour les communes pauvres ou celles ayant subi les effets de la guerre. C’est pourquoi la loi de finances pour 1920 a accordé des subventions selon un barème basé sur le nombre de morts pour 100 habitants et de la richesse de la commune.

Mais ces subventions n’étaient pas toujours à la hauteur, c’est pourquoi un appel aux dons et aux souscriptions volontaires avait été lancé.

Aujourd’hui on fait plutôt appel au bénévolat pour « nettoyer » ces ouvrages publics communaux. Et bien entendu les subventions sont toujours accordées aux communes qui en font la demande au ministère délégué  des Anciens combattants et Mémoire, plus précisément à l’ONACVG (Office national des anciens combattants et victimes de guerre).

Cette subvention se monte à 20% du coût total des travaux (hors TVA) dans la limite de 1 600 euros.

Précisons que les travaux de restauration et d’entretien des monuments aux morts pour la France de 14-18 et 39-45 ouvrent droit à des déductions fiscales et l’exonération de la TVA (article 261-4-10 du code général des Impôts).

Ainsi donc, la loi du 25 octobre 1919 et l’article L2224-17 du code général des collectivités territoriales confèrent aux communes l’obligation d’entretenir et de restaurer leurs monuments aux morts pour la France.

Il s’agit de l’obligation générale d’entretien à laquelle sont soumis les propriétaires et affectataires du domaine public. D’ailleurs une réponse du ministre délégué des Anciens combattants et Mémoire, publiée au Journal officiel de l’Assemblée nationale du 29 avril 2014, a rappelé ce devoir aux élus.

Cela s’impose d’autant que, depuis le 11 novembre 2012, ce jour anniversaire de l’armistice de 1918 est également celui de la commémoration de tous les morts pour la France, militaires comme civils (loi n° 2012-273 du 28 février 2012).

Il s’ensuit pour toutes les personnes dont l’acte de décès comporte la mention « Mort pour la France », l’inscription de leurs noms sur les monuments aux morts de leurs communes de naissance ou de dernière domiciliation est obligatoire.

Selon cette loi, c’est la famille du « Mort pour la France » qui effectue la demande d’inscription auprès du maire d’une des communes ci-dessus indiquées. Cette demande peut également être faite par les élus, l’ONACVG, les autorités militaires ou encore les associations d’anciens combattants.

La preuve doit donc être apportée que la cause du décès est la conséquence directe d’un fait de guerre. Ceci est valable tant pour les militaires que pour les civils, les résistants et Déportés (article L488 à L492 bis du code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de guerre). Se renseigner auprès de l’ONAC-VG qui dispose de demande à remplir et peut également conseiller les maires.

 

A propos des emblèmes religieux sur les monuments

Vous avez remarqué que certains monuments aux morts pour la France sont surmontés d’une croix. Ce qui n’est pas sans poser de questions s’agissant de monuments publics dans un lieu public édifiés après la de séparation des Eglises et de l’Etat

Justement, l'article 28 de cette loi interdisait (l’interdit toujours par devoir de neutralité) d’apposer aucun signe ou emblèmes religieux sur les monuments publics (ce que sont les monuments aux morts pour la France édifiés par les communes)

Cependant une circulaire (toujours en vigueur) du ministre de l’Intérieur du laisse liberté aux municipalités pour l’ornementation des monuments commémoratifs dans les cimetières mais interdisait les emblèmes religieux et donc les croix sur ceux situés sur une voie ou dans un lieu public.

Certaines commune ont appliqué la circulaire à la lettre d’autres pas ou encore ont choisi d’installer sur leurs monuments aux morts pour la France, un coq, une allégorie, une croix de guerre, un ou des « Poilus ».

 

Bravo les jeunes !

On prendra connaissance avec intérêt de l'excellent travail des lycéens des lycées Anguier et Vuillaume de l'académie de Rouen qui ont compilé l'ensemble des lois, décrets et circulaires relatifs à la mémoire et les commémorations des 11 novembre qui ont suivi la Guerre de 14 sur

 

INFOS +

- les aides à la restauration et à l’entretien des monuments aux morts sont sur le site

- le recensement des monuments aux morts de 1914-1918

- les chemins de mémoire

- le 11 novembre 1916, c’était la Guerre de 14

- photos, dessins, carnets de soldats, films etc. en accès libre sur

- en pièce jointe le document de l'Historial de la Grande guerre.

 

       

Pendant, après... "14-18" au CINÉMA en 2017-2018...

Le collier rouge
Les gardiennes
Au revoir

Le film  "Le Collier rouge", est une adaptation du roman du même nom écrit par Jean-Christophe Ruffin et publié en 2014. Jean Becker s'interroge sur la notion de héros et les rapports de classe à la fin de 1914-18, dans un film qui, dit-il, n'est "pas juste une histoire de guerre".

Le film "Les gardiennes" est une adaptation du roman du même nom écrit par Ernest Pérochon et publié en 1924. Le film a été tourné à Montrol-Sénard en Haute-Vienne (département français du Limousin, bien illustré par ailleurs sur Yala Photo !)

Le film "Au revoir Là-haut" est une adaptation du roman du même nom écrit par Pierre Lemaitre et publié en 2013 (prix Goncourt). Les Monuments aux morts sont présents dans le récit !

Le chemin des Dames avril 2007

Album de la visite au "chemin des Dames", quelques années avant la commémoration du centenaire de la grande guerre, quand le printemps fait renaitre la campagne...

Mémoire et Monuments

 ♦  "Les monuments aux morts revêtent deux fonctions principales : ils sont à la fois la tombe symbolique de ceux qui ont défendu la Nation et ils désignent un lieu des commémorations publiques..."
                                                     la suite en cliquant vers  le site très officiel  In situ, Revue du patrimoine  

 ♦♦  Tous ces monuments constituent "une multiplication extraordinaire de la mémoire de la guerre", estime Annette Becker, historienne spécialiste de la Première guerre mondiale. Selon elle, chaque monument reproduit au moins une de ces trois idées : la foi dans la patrie avec le coq terrassant l'aigle ; le devoir et le sacrifice avec la statue du soldat ; l'arrière avec les femmes qui pleurent les disparus.

 ♦♦♦ Lors d’un colloque du Sénat sur les troubles de la mémoire française (décembre 2010) Antoine Prost, historien, débute son intervention par « …éloge de l'oubli. En effet, si nous nous rappelions tout, nous serions absolument étouffés par le passé dans notre vie individuelle et collective. Vivre, c'est nécessairement oublier… »

Puis : « …De la commémoration au devoir de mémoire, on poursuit toujours un projet d'avenir par l'évocation du passé… » Propos qu’il illustre par les monuments aux morts  sur lesquels il dit avoir beaucoup travaillé :
« Dans le cas des monuments aux morts… il s'agit d'une commémoration venue d'en-bas (et non des pouvoirs publics) et qui reflète avant tout le souci des vivants de donner un sens au sacrifice des disparus. Et ils lui ont donné des sens très différents, d'une région à l'autre, la diversité des lectures de la même guerre rendant possible en fait l'unanimité nationale. Il fallait donner un sens à la mort de masse, mais ce fut pour les uns l'horreur et le refus de toute guerre, pour d'autres l'apologie du sacrifice à Dieu et à la Patrie, pour d'autres encore le triomphe du droit et de la République. La signification que les morts de la guerre ont pu donner à leur propre mort nous est totalement inconnue, mais nous nous arrogeons le droit d'en décider. »

Yala, photographiez un monument !

   Dans le cadre de la Mission du centenaire de la Première guerre mondiale, (en partenariat avec l'Université de Lille III et les Rencontres d'Arles) Raymond Depardon a souhaité réveiller le regard sur ces ouvrages de mémoire et a réalisé en 2014 un grand inventaire photographique* des monuments aux morts de 1914-1918, soit une grande collecte nationale de photos aboutissant à un film documentaire « Les monuments aux morts vus par Depardon et des milliers d'anonymes » et deux expositions l'une aux rencontres photographiques d’Arles puis une autre en septembre 2016 au Panthéon à Paris.

   Assurément Yala Photo ne fera pas d'ombre à Raymond Depardon et son œuvre de grande collecte nationale de clichés dans le cadre de la mission du centenaire ! Mais ce thème Yala Photo du mois de mai 2016, certes improbable pour fonds d'écran, est bel et bien devenu l'objet d'une collection assidue ! Car les monuments aux morts font partie de notre patrimoine architectural et/ou affectif... il y en a partout * en France !

   Ainsi la collecte des photos reste ouverte le temps du centenaire et même au-delà, au même titre que tous les bonus des thèmes fonds d'écran conservés. 
  Yala Photo publiera la photo du ou des monument(s) de votre choix,... celui des commémorations de votre enfance avec l’école, le plus original... celui sur la route des vacances ou le plus proche de chez vous !
* des pistes pour les trouver : cimetières, églises, mairies... et pour l'album, vive les lieux plus insolites...

Yala Photo, la photo en partage

Le monument de votre commune est-il déjà dans  Yala Photo ? Recherchez en tapant le nom de la commune dans l'outil : 

 
 

"Le monument", paru fin 2003 est un "roman vrai" très documenté de
Claude Duneton. Le récit commence pendant une commémoration de 11 novembre en Corrèze...
la minute de silence est perturbée...

 

Accueilmaibleuet

La chanson de Craonne

images, musique et paroles
en cliquant sur le papillon

 

Paroles de la Chanson de Craonne 

 

 

Les monuments d'Issoire (Puy-de-Dôme) : 14-18 mais pas que...

La ville d'Issoire dans le Puy de Dôme (région Auvergne) honore tous ses morts à la guerre, toutes les guerres, avec pas moins de 3 monuments aux morts dans la ville : guerre de 1870 (un soldat), 1914-1918 (stèle) et 1939-45 (femme et enfant).

Les 6 dernières photos de ceux qui célèbrent la paix

Les 6 dernières photos de monuments offertes à la collecte Yala

Les 12 dernières photos de monuments aux morts Yala Photo

Accueil

Date de dernière mise à jour : 13/11/2018